fbpx
Smart To - Partageons nos énergies - Installateur photovoltaïque

Renationalisation d’EDF :  pourquoi et comment ?

Pourquoi l’État a-t-il décidé de renationaliser le fournisseur d’énergie EDF ? Quelles seront les conséquences pour les ménages et entreprises ? L’équipe Smart To répond à toutes vos questions sur la renationalisation du groupe EDF.

Électricité

En juillet dernier, le gouvernement français a annoncé son intention de renationaliser EDF. L’État, déjà actionnaire majoritaire avec 86% des parts, s’est engagé à racheter les parts minoritaires pour détenir 100% du capital d’EDF.

 

L’objectif, en plus de faire face aux difficultés du groupe ces dernières années, est aussi l’indépendance énergétique de la France.

 

Après 17 ans à la bourse de Paris, la renationalisation du groupe EDF semblait inévitable pour Elisabeth Borne, Premier ministre, comme indiqué dans son discours de politique générale à l’Assemblée nationale.

 

Le gouvernement a indiqué qu’il « détiendrait 100% du capital d’EDF » et son plan d’action est déjà déployé.

Pourquoi l’État renationalise EDF ?

Le gouvernement français a décidé de nationaliser l’entreprise énergétique EDF, afin de l’assainir financièrement et de lui permettre d’investir dans son avenir.

 

Dans un communiqué, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a déclaré que cette mesure « nous donnera toutes les chances d’être plus indépendants dans les années qui viennent en matière énergétique. ».

 

EDF est en grande difficulté financière, en raison de la flambée des prix et du quota annuel d’électricité vendu à prix réduit à des concurrents.

 

Le groupe EDF n’est pas apte à mettre en œuvre seule le plan de renouvellement du parc nucléaire souhaité par Emmanuel Macron, ni de déployer les énergies renouvelables.

 

L’ensemble de ces démarches visant à garantir l’indépendance énergétique de la France dans un contexte de forte tension des marchés énergétiques avec la guerre en Ukraine.

 

L’exécutif souhaite construire six nouveaux EPR, pour un budget d’environ 60 milliards d’euros.

 

Bruno Le Maire a annoncé que l’État disposerait de trois sièges au conseil d’administration de l’entreprise et qu’un Conseil de l’énergie serait probablement mis en place pour assurer une plus grande transparence et responsabilité afin d’assurer la gouvernance du groupe EDF.

 

Ainsi, les raisons de la renationalisation d’EDF sont multiples :

  • Faire face aux difficultés du groupe de tout ordre ;
  • Pour investir dans l’avenir énergétique de la France ;
  • Pour construire de nouveaux réacteurs nucléaires (souhait du président de la République) ;
  • Pour conduire à l’indépendance énergétique de la France ;
  •  Pour faire face à des coûts importants : par le gel des prix ou revente de l’électricité à prix pas, mais aussi, parce que le groupe énergétique a plus de 10 ans de retard dans la construction.
  •  Pour remettre en route certains réacteurs nucléaires d’EDF qui sont à l’arrêt pour de multiples raisons : problèmes de corrosion, épidémie de la Covid-19 qui a reporté des programmes de maintenance…

Comment l’État va renationaliser EDF ?

L’annonce de la renationalisation d’EDF indiquée par Elisabeth Borne devant l’assemblée nationale début juillet va coûter environ 9,7 milliards d’euros aux pouvoirs publics.

 

Le ministère de l’Économie a annoncé mardi 19 juillet le lancement d’une OPA pour sortir l’entreprise de ses difficultés économiques et industrielles.

 

Car plutôt qu’une loi de nationalisation, le gouvernement a opté pour une méthode plus rapide : un rachat d’actions.

 

L’État possède 84% d’EDF, il doit donc racheter les 16% restants des actionnaires minoritaires.

 

À un prix de 12 euros par action, cela donne une offre de rachat de 9,7 milliards, soit une fourchette haute que les analystes avaient prévue pour l’offre publique d’achat.

 

À noter qu’à 12 euros l’action, EDF ne vend pas sa valeur boursière, car même si l’action valait 33 euros à son lancement en 2005, elle présente aujourd’hui une plus-value de 53% par rapport au cours de bourse.

À partir de quand la renationalisation d’EDF sera effective ?

Renationalisation d'EDF, circuits électriques;

Le gouvernement qui avait annoncé le processus de renationalisation d’EDF en juillet dernier, a lancé le processus durant le mois de septembre 2022.

 

Le lancement de l’OPA, prévoyait un lancement en septembre et une clôture à la mi-octobre pour une sortie de bourse du groupe EDF.

 

Aux dernières nouvelles, la semaine passée, le conseil d’administration d’EDF a émis un avis « favorable » à la renationalisation du groupe au prix de 12 euros par action. Une étape-clé pour le rachat complet du groupe par l’État.  

 

Le Conseil d’administration d’EDF a ainsi recommandé à ses actionnaires de vendre leurs titres au prix proposé par l’État. Le prix ayant été jugé « équitable » par des experts indépendants dans le cadre de l’offre publique d’achat jugée conforme aux intérêts d’EDF, de ses actionnaires et de ses salariés.

Quelles sont les conséquences pour les entreprises et ménages ?

  •  Pour les entreprises

La renationalisation d’EDF va conduite à un marché nettement moins compétitif et les concurrents seront donc de moins en moins nombreux. Des fournisseurs alternatifs pourraient même être amenés à disparaître si EDF venait à nouveau à avoir le monopole du marché.

 

La Commission européenne ne s’oppose pas à la naturalisation du groupe EDF par l’État français, mais devrait cependant demander des concessions pour avoir plus de concurrence dans d’autres activités du secteur énergétique.

 

Ces demandes pourraient aboutir à une séparation des activités d’EDF, comme le supposait le projet « Hercule » (projet de réorganisation qui visait à couvrir les dettes historiques d’EDF) en 2019, pour scinder le groupe en deux blocs :

 

  • L’un des blocs concernerait les activités non rentables, telles que les activités nucléaires, serait gérée par une entité publique.
  • L’autre bloc réunirait les activités renouvelables et la distribution d’électricité. Cette partie devrait être remise en bourse.

 

  •  Pour les ménages

En France, c’est l’État qui décide déjà des prix de l’électricité pour les particuliers au travers des tarifs réglementés (lien vers article bouclier tarifaire).

 

Plus de 70% des Français sont des clients de fournisseurs dont le prix est réglementé.

Ainsi, à court terme, rien ne changera pour les clients.

En tant que particulier ou entreprise, vous pouvez, vous aussi, faire le choix d’investir dans des énergies renouvelables, l’énergie solaire est une énergie propre et respectueuse de l’environnement, elle ne pollue pas et représente un placement financier intéressant.

Nous vous invitons à consulter notre page dédiée sur le sujet.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PORTES-OUVERTES
10-11 MARS 2023

Nouvelle agence,
Nous l'avons fait !

SAINT-ÉGRÈVE (38)

4 Rue des Platanes

Notre nouvelle agence ouvre ses portes, près de Grenoble, pour mieux vous conseiller.